Awak’iT Saison 7 : l’aventure continue à Boulogne

6 annnées d’existence pour notre agence, des équipes renforcées pour des projets de plus en plus nombreux… c’est donc sans surprise que nos équipes parisiennes ont investi cet été leurs nouveaux locaux à Boulogne. Pour reprendre en douceur cette rentrée, la rédaction vous propose 9 métiers à la une pour découvrir / redécouvrir ses métiers producteurs de contenus, au service de vos projets internes et externes (illustrations via quelques moments clés volés au cours de quelques unes de nos productions).

DirectoinDeProduction
Direction de production vidéo :
la tour de contrôle
R
Réalisateur :
le chef d’orchestre
JournalisteVideo
Journaliste vidéo,
que fait-il ?
Redac chef
Rédacteur en chef :
kézako ?
JournalisteAnglophone
Journaliste anglophone
Who needs an English-language journalist in France ?
SR
Secrétaire de rédaction
Le SR, à quoi ça sert ?
cadreur
Profession
cadreur
JournalisteEcrit
Journaliste écrit,
en quelques mots
Monteur
Monteur-truquiste,
mode d’emploi

Et n’oubliez pas, pour réserver des tournages sur notre plateau ou dans nos salles de montage : appelez Sophie ou Bertrand chez Tikawa Productions au 01.41.86.38.38. A très bientôt…

Muriel

2006 : année noire du journalisme

100 journalistes ont trouvé la mort dans l’exercice de leur fonction en 2006, c’est ce que révèle le rapport annuel de l’Institut International de la Presse, publié cette semaine à Vienne. « 2006 a représenté l’année la plus sauvage et la plus brutale dans l’histoire contemporaine des médias », a déclaré Johann Fritz, directeur de l’IPI (International Press Institute).

Lire la suite

Chasse aux sorcières en Pologne

« Avez-vous collaboré secrètement et consciemment avec les anciens services de sécurité communistes entre 1945 et 1989 ? » Depuis le 15 mars dernier, date d’entrée en vigueur d’une loi dite de « lustration », 400 000 à 700 000 Polonais, nés avant août 1972, doivent répondre, avant le 15 mai, à cette question sur leur lien éventuel avec la police secrète rouge. Sont concernés les hauts fonctionnaires, les professeurs, les avocats, les directeurs d’école mais également… les journalistes. Ceux travaillant pour un média public qui déclareraient avoir collaboré avec le régime communiste seront ainsi purement et simplement licenciés. Dans le privé, cette décision sera laissée à la discrétion de l’employeur. Pire, en cas de refus de se plier à cette obligation, les journalistes encourent la même peine que s’ils avaient produit une fausse déclaration, à savoir une interdiction de publication pendant dix ans…

Des journalistes de renom boycottent
« Signer aujourd’hui, sous la menace de perdre mon travail, une déclaration qui dit que je ne me suis pas comporté comme une peau de vache à l’époque communiste, est aussi humiliant que d’être contraint par la police communiste à signer une déclaration de loyauté à l’époque du général Jaruzelski », signait début mars le journaliste Wojciech Mazowiecki, fils du premier chef de gouvernement non communiste, dans l’hebdomadaire Przekroj. Une grande figure de l’opposition démocratique des années 80, Ewa Milewicz, du quotidien Gazeta Wyborcza, déclarait peu après sur son blog : « Si j’ai été dans l’opposition anti-communiste, ce n’est pas pour ressortir après toutes ces années des preuves que j’étais OK. Ce n’est pas pour me confesser à qui que ce soit de mes bons et mauvais offices. » Le 8 mars 2007, les journalistes de Gazeta Wyborcza ont appelé au boycott du texte de loi et ont lancé un appel aux autorités demandant son abrogation. Il ne fait pas bon être journaliste dans la Pologne du parti Droit et Justice (PiS), au pouvoir depuis l’automne 2005…

Sylvain Vaugeois

Via Le blog médias et Le Monde diplomatique

Une fenêtre ouverte sur le monde : Steve Mc Curry, vertigineux talent…

Si je vous dis : « Steve Mc Curry ». Ce nom évoque-t-il quelque chose pour vous ?… Non ?… Réfléchissez bien… Vous le connaissez – malgré vous peut-être – mais vous le connaissez… Non ?… Mais si ! Vous le connaissez assurément. Un indice ? Entendu… Alors si je vous dis : « Sharbat Gula », cela vous parle-t-il mieux ?… Non ?… Toujours pas ?… Bien, dans ce cas, si je vous dis que Sharbat Gula est l’identité d’une jeune fille de 17 ans – à l’époque – ; dont le visage est devenu mondialement célèbre ? Et qu’intitulé la Jeune réfugiée afghane, ce cliché à fait le tour du monde ?

Et que cette jeune fille aux yeux d’un vert exceptionnel a été immortalisée en Une du magazine National Geographic en juin 2005 ? Vous vous y retrouvez ? Bah voilà, vous voyez que vous connaissiez ! La célébrité de cette photo est telle qu’elle est devenue un emblème du magazine au même titre qu’un logo pourrait l’être à sa marque (la Jeune réfugiée afghane a même incarné le symbole du lancement du magazine National Geographic en France au Musée de l’Homme en septembre 1999, même que j’y étais ! ;) .

Et bien c’est à Steve Mc Curry que l’on doit la paternité de l’œuvre. Car il s’agit bel et bien d’une œuvre. Ce cliché – qui a donc fait le tour du monde – est d’ailleurs vite devenu la marque de fabrique du reporter. Comme la plupart de ses confrères, les photos de Steve Mc Curry sont bien souvent plus connues que lui. Mais son travail de photojournaliste – rappellons, au passage, qu’il est membre de l’agence Magnum depuis 1986 – comporte des milliers d’essences d’âmes dérobées via ses fabuleux portraits ramenés du bout du monde. Qu’il s’agisse des habitants de l’Inde, du Pakistan, de l’Afghanistan, du Sri Lanka, de la Thaïlande, du Tibet, de la Birmanie, du Cambodge ; ses œuvres sont devenues de véritables classiques de la Photographie.

Parce que Steve Mc Curry est un magicien des couleurs, un esthète des lumières, parce que chaque photo est un voyage ; chaque portrait ; une âme volée, chaque ouvrage ; un tour du monde. Un recueil des œuvres de Steve Mc Curry, c’est l’humanité couchée sur papier glacé.

Pour en savoir plus, laissez-vous embarquer :
Le site de Steve Mc Curry
Steve Mc Curry sur le site de l’agence Magnum

Et, allez soyons fous à l’approche des fêtes de fin d’année, j’ai même l’outrecuidance de vous susurrer quelques idées cadeaux sur ce même thème (voilà qui me permet au passage de glisser un clin d’œil à quelques lecteurs qui, si ils se reconnaissent, sont clairement invités à commenter ;) :

Muriel Gaya

100 photos de stars pour la liberté de la presse

A l’occasion de la 17e journée de soutien aux journalistes emprisonnés, Reporters sans frontières publie le 23 novembre un nouvel album de photographies consacré au mythique Studio Harcourt.

« En France, on n’est pas acteur si on n’a pas été photographié par le Studio Harcourt », affirmait Roland Barthes en 1957. Intitulé 100 photos de stars pour la liberté de la presse, l’ouvrage comporte 150 pages de photos de stars immortalisées par le Studio Harcourt. Célèbre depuis les années 30 pour ses photos en noir et blanc de personnalités publiques, le Studio Harcourt est vite devenu un passage clé du Tout-Paris. La griffe Harcourt, c’est l’esthétisme épuré et la quintessence magnifiée pour chaque sujet photographié.

Vendu 8,90 euros à partir du 23 novembre, les bénéfices des ventes de ce recueil seront intégralement reversés à l’association pour poursuivre ses actions en faveur de la liberté de la presse (assistance aux journalistes et à leurs familles, médias en difficultés, investigations sur le terrain pour déterminer les responsabilités dans les cas d’inculpation, financement des frais d’avocats, accueil des journalistes contraints de fuir leur pays…).

Actuellement, 130 journalistes sont emprisonnés de par le monde. Et depuis le début de l’année 2006, 90 professionnels des médias ont perdu la vie pour avoir voulu vous/nous informer…

Muriel Gaya

Pour en savoir plus : le site de Rsf